25 mai 2010

Opus Manuum

Les plus perspicaces d'entre vous n'auront pas manqué de remarquer que j'ai antidaté ce post. Ben oui, j'essaie d'avoir des articles à intervalles à peu près réguliers. Bref. En ce chaud week-end de Pentecôte, l'Anglais et moi, accompagnés de la Relieuse et de la Couturière, sommes partis au fin fond du Limousin pour participer à l'Opus Manuum.

DSCN0490De quoi s'agit-il ? Un rassemblement de reconstituteurs centré sur le Moyen-âge, et exclusivement civil (pas d'arme sur le campement, donc). Centré sur le travail manuel et les métiers anciens, l'évènement a pour but de faciliter les échanges et apprentissages techniques. Bon, pour cette partie, c'était un peu léger. Mais pour le reste, c'était un super campement, presque des vacances, sans obligation d'horaires ni groupe, un vrai bonheur.

DSCN0502Nous étions installés avec la Compagnie de la Rose des Sables, dont un certain nombre de membres fait également partie de la Rose et l'Epée. Nous avons sans vergogne squatté leur auvent et leurs immenses tables, mais avions décidé de prendre les repas de notre côté. Ben oui, tant qu'à faire, je voulais expérimenter de nouvelles recettes. Au menu : tourte à la viande, riz engoullé, poulet sauce verte, sanglier à l'hypocras, et darioles - recettes à la demande.
Arrivée le samedi en fin de matinée et installation de notre tente (et du bordel), puis après-midi libre consacrée entre autres à des finitions de couture - ah l'Anglais et sa superbe cotte longue bleue, ou les ourlets de la mort. Seule ombre au tableau : il fait chaud. Le thermomètre a flirté avec les 30° tout le week-end, et nous l'avons bien senti passer.

DSCN0512Dimanche matin, les garçons (et une fille) ont pu éprouver leurs muscles et leur virilité en disputant une partie de soule à la crosse. La soule est plus ou moins considérée comme l'ancêtre du football : c'est un jeu de balle au pied, qui opposait généralement deux villages. Sport violent, sans règle, il n'était pas rare que l'issue en soit tragique et sanglante. Ici, la balle n'était pas jouée au pied, mais à la crosse, ce qui fait dire aux fervents de ce sport qu'il s'agit de hockey sur bouse. L'Anglais a pu faire montre de son endurance, et surtout mettre à profit son passé de base-baller.

DSCN0522Comme il faisait trop chaud pour travailler, longue sieste à l'ombre près de la Vienne, et atelier douche au baquet dans la tente (ça demande un peu d'organisation mais c'est quand même très rafraîchissant).
En fin d'après-midi, second temps fort du week-end : le concours de boissons et desserts médiévaux. Fidèle à l'idée de reconstituer le XIIIème siècle, j'avais décidé de réaliser une recette de la cour de Saint Louis, mais cela me faisait courir avec handicap : en effet, le goût du XIIIème se porte beaucoup plus sur l'acide que sur le sucré et mon pomaceum, mousse de pommes acidulée, n'a pas rencontré un grand succès. En revanche, le vin de menthe de l'Anglais est arrivé quatrième du concours, ce qui est une belle performance. Il a même gagné un prix : du miel... pour faire d'autres boissons !

DSCN0497Dimanche soir, dernier temps fort : le banquet aux chandelles. Chacun apportait de quoi manger et on partageait. Mon sanglier à l'hypocras et aux navets a rencontré un certain succès, de même que les délicieuses crêpes aux lardons de l'Ewok ou le cochon au cognac de nos voisins d'en face. Les bouteilles ont également circulé, ce qui fut l'occasion de finir le vin de menthe et le cidre, et de goûter tout un tas de choses plus ou moins surprenante, dont du sang de viking (ne me demandez pas ce qu'il y avait dedans).

DSCN0493Un certain joueur de vielle s'est mis à jouer, et l'Anglais et moi avons interprété quelques danses au milieu des tables. Il y a eu de la musique, des chansons, encore de la boisson et des restes de nourriture un peu partout. Ce fut aussi l'occasion pour les Auvergnats de nous chambrer, nous les Parisiens (enfin l'Anglais et moi...) qui vivons comme des fous sans verdure et à des prix hallucinants (mais nous au moins on peut voir des films russes en VO le dimanche soir :D).

Lundi matin, nous avons replié nos affaires car une longue route nous attendait, d'abord vers Paris, puis, le lendemain, vers Tokyo. Mais ceci est une autre histoire.

DSCN0488
Balti, mascotte de l'équipe

DSCN0517
On peut tout faire avec des restes de cire... y compris une bougie en forme de templier

(copyright Brunal)

DSCN0520
Mes superbes (et délicieuses) darioles

DSCN0519
Un naturiste méd'

Posté par kleoinparis à 22:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Opus Manuum

    Ben et où sont les paille-paille girls dont parlait l'Anglais ?!

    Posté par Ei, 04 juin 2010 à 18:47 | | Répondre
Nouveau commentaire